Bonjour     visiteurs jour : 1     Total clics   :   106506

Recherche 

       Site des amis des animaux et des Hommes de bonne volonté

Coucou et merci Merci            

 
Clics 2360

 

Le cerf

 

Le cerf est un animal sauvage, il nous est le plus familier car il hante toujours nos forêts.

 

Le brame du cerf , un cri rauque s’apparente à l’extase, ce qui fait que le cerf évoque particulièrement la virilité.

 

cerf animal sauvage de nos forêtsEn Europe, on connaît le cerf élaphe. L'Orignal ou élan est le plus imposant des cervidés. Le cerf est chassé par l’homme depuis 35 000 ans. Au Moyen Age cette chasse s’est codifiée pour devenir la chasse à courre ou vénerie. Le cerf de Virginie est très dangereux, chaque année plus de 100 personnes sont tuées à cause d'accidents de la route ou de de rixes impliquant cette espèce.

 

Le cerf : un animal mythique nos ancêtres tiraient l’essentiel de leurs besoins alimentaires de sa chair. Sa peau était transformée en habits, ses bois et ses os en armes et outils. Les scènes de chasse qui figurent sur les parois des grottes, comme à Lascaux témoignent de son importance pour les hommes préhistoriques.

 

 

Une légende raconte: « Le général romain Placide chassait un cerf quand tout à coup la croix du Christ apparut au milieu de ses bois. Le cerf s’adressa à Placide qui se convertit et devint Saint Eustache ». La biche symbolise la pureté et l’innocence martyrisée. Ce thème a été repris par Walt Disney dans son célèbre dessin animé Bambi.

 

La royauté a choisit le cerf pour emblème car il personnifiait un comportement dominateur et majestueux. Au début de l’automne, des cris rauques et profonds retentissent dans la forêt. Le brame est le mot qui désigne à la fois le cri du cerf et la période du rut. Les deux phénomènes sont très liés. Le brame se déclenche chez le mâle en présence des femelles et à cause d’une poussée de testostérone (hormone sexuelle). Au moment où il pousse son long cri guttural, le cerf allonge le cou, retrousse lèvres et narines, ses yeux chavirent, c’est l’extase ! Ce cri a plusieurs effets : Il signale la présence du mâle à la femelle, Il intimide les rivaux, Il hâterait l’ovulation des femelles (?)

 

 



 

 

Chaque année, les mâles perdent leurs bois entre février et mars. Dès leur chute, un flux sanguin important est dirigé vers les pivots puis irrigue chaque andouiller (les pointes). Leur croissance peut atteindre un centimètre par jour. Tout au long de leur développement, les tissus spongieux se minéralisent pour former un os compact. Pendant ce temps, les bois gainés de velours, sont très sensibles et le cerf fait attention pour ne pas les heurter. L’ossification terminée, le velours protecteur se détache par lambeaux. Le cerf se frotte contre les arbres pour en accélérer la chute. Au bout d’une centaine de jours, le cerf aura une nouvelle ramure avec deux pointes (andouillers) de plus pour les cerfs de moins de six ans. La peau du cerf constitue une excellente protection contre les intempéries. La racine du poil est actionnée par un muscle qui permet de le redresser et donc d’augmenter l’épaisseur du pelage. Ce pelage est imperméabilisé par la sécrétion d’une glande graisseuse. Au printemps, le cerf perd ses longs poils pour revêtir un pelage brun-roux plus court. Le cerf possède une ouïe et un odorat très fins. Par contre, sa vue n’est pas très perçante et ne lui permet pas de distinguer les couleurs.

 

 

Biche et son faon

les bois du cerf et son âge

 

Un mâle peut atteindre 2,50 m de long 1,50 m de haut au garrot pour un poids de 220 kg. Plus le climat est rude, plus les cerfs sont imposants. En Europe centrale, certains mâles dépassent les 300 kg. La longévité des cerfs ne dépasse pas 14 ans. Sa ramure atteint le somptueux trophée à dix cors à l’âge de 7 ans. La biche vit plus longtemps ; elle devient stérile vers l’âge de 15 ans et meurt un ou deux ans plus tard.

 

La femelle et le mâle ne cohabitent qu’à l’occasion du rut. La femelle se charge seule de l’éducation des petits. La cellule familiale regroupe en principe une femelle, un jeune de moins de deux ans (bichette ou daguet) et un faon (le petit de l’année). La vie du mâle est très différente. Il n’a aucun sens de la famille. Dès qu’il quitte sa mère vers 18 mois, il intègre une harde de mâles qu’il peut quitter à tout moment. Un vieux cerf domine un cerf moins âgé qui lui-même commande à un plus jeune et ainsi de suite jusqu’au daguet nouvellement intégré. Les novices font allégeance à leurs aînés en échange de leur expérience.

 

Au début de l’automne, les grands mâles quittent le groupe pour rejoindre les femelles sur les lieux de brame. Pendant toute la période de rut, le mâle veille sur son harem de biches et en expulse tout autre prétendant. C’est la seule période de l’année où le cerf, habituellement placide devient violent. Les duels sont ritualisés. Les deux mâles paradent et s’intimident. Si aucun ne cède bois contre bois, chaque adversaire tente de déséquilibrer son rival. Ces combats sont très violents. Certains mâles ont des bois cassés, d’autres des plaies béantes et dans le pire des cas, le vaincu meurt. Une fois l’accouplement terminé, le mâle réalise la « chandelle », une ruade spectaculaire pour se dégager, propulsant la femelle en avant.

 

Vers la mi-octobre, les mâles reproducteurs quittent les futures mères pour rejoindre leur groupe. Huit mois, plus tard, entre mai et juin,la biche met au monde un seul petit. Le faon né avec une jolie livrée mouchetée qu’il perd dès l’âge de 3 mois. Le petit pèse environ 7 kg et les deux premières semaines, il reste couché près de sa mère. Dès l’âge de 6 mois, le faon est sevré. Pour le daguet (l’aîné), la nouvelle période de rut signifie la séparation. Le mâle dominant le chasse alors de la cellule familiale.

 

La chasse à courre couteuse et cruelle tend à dispareaitre remplacée par le chasse à tir ou en battue. Cette chasse est très réglementée. Depuis 1963, en France, un « plan de chasse » fixe annuellement des quotas. Cependant, ce quota n’est jamais atteint. Il en résulte un fort accroissement de la population qui a pratiquement doublée en 10 ans. Dans les forêts d’Europe centrale et d’Amérique du Nord, les cheptels sont régulés naturellement par les prédateurs comme le lynx, le loup ou l’ours. En Europe, la chasse est l’unique moyen d’éviter une surpopulation. En Ecosse, la lande est un paradis pour les cerfs.

 

L’élevage du cerf est une pratique commune en Angleterre et en Nouvelle-Zélande. Il se développe en France. Ce développement des élevages pour la commercialisation de la viande constitue un danger pour l’espèce et surtout son patrimoine génétique. En effet, ces cerfs perdent rapidement leur caractère sauvage à cause de manipulations zootechniques et des croisements.

 

Source : www.dinosoria.com/cerf.htm


cerf
Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Vous
inaugurez
ce forum,
félicitations.
Pseudo Le 17-10-2017. Titre

 

Total des visiteurs  :    65008   dont aujourd'hui :   1    En ligne actuellement :  1      Total des clics   106506